13 septembre, 2005

La Dernière Légion


Oublions cette rentrée littéraire où Houellebecq et Dantec, les 2 méchantes concierges aigries par des varices douloureuses et de la boue dans les escaliers font croire qu'ils nous montrent comme "nous humains qu'est-ce qu'on est vilains" et intéressons nous plutôt à un livre d'histoire. Pas l'histoire avec un grand H, mais plutôt d'une histoire, une épopée comme je les aime. Avec de l'amour, du mystère, de l'action, de l'intrigue, du courage, des gentils et des méchants. Le genre de livre qui vous prend et ne vous lâche plus avec des héros héroïques pour lesquels on prend immédiatement parti.

La Dernière Légion de Valério Manfredi va faire se cotoyer 2 mondes : les ruines de l'empire Romain envahies par les barbares et la corruption, et la naissance de la légende arthurienne.
A travers la fuite du dernier des César, un adolescent de 13 ans dont on a massacré la famille, nous allons traverser l'Europe à destination des brumes des pays celtes.
Leur échapée est protégée par Ambrosinius le précépteur du jeune César, venu de Bretagne avec ses secrets, ses potions et ses onguents, par Aurélius un des derniers légionnaires fidèle à Rome, par quelques un de ses compagnons rescapés de la glorieuse et secréte Nova Invicta et par Livia, la belle jeune femme venue de ces nouvelles iles du Nord établies sur une lagune où les populations se sont réfugiées pour se protéger des raids barbares. Le jeune César a avec lui une épée que tout le monde convoite, une épée fabuleuse qu'il a trouvé sur une statue du Grand César, une épée qui fait trembler ses ennemis et qui fera de lui un homme.
Le décor et les acteurs sont plantés,
A travers cette fuite éperdue, cette fidélité aveugle à une Rome pourtant moribonde, ils ne se doutent pas qu'ils emportent les bases d'une nouvelle civilisation.

Un roman palpitant, sans aucun temps mort, que les ados peuvent lire (le mien a passé 3 jours à dévorer ce livre sans vouloir le lâcher), qui mêle histoire et légende... Et dans lesquels on devine petit à petit les traits des futurs personnages des épopées arthuriennes.

2 commentaires:

Papilles et pupilles a dit…

Myr, au cas où cela t'intéresse j'ai aussi un petit forum bouquins. Je te mets le lien :

http://passion-livres.forumactif.com/

Ca permet de faire des découvertes :)

Gracianne a dit…

Je viens de le lire sur tes conseils eclaires. J'ai bien apprecie la description historique, un peu moins la qualite romanesque du texte. Mais c'est une vision originale des debuts de la chevalerie du moyen age - et le personnage d'Aurelius est tres attachant. Merci de l'avoir conseille.