15 juin, 2005

Je ne suis pas un numéro

.
Comme beaucoup de monde j'ai pu voir en direct la conférence de presse de Florence Aubenas hier.
Comme beaucoup de monde, j'espérais qu'elle reviendrait sans encombres, mais je ne suivais pas l'affaire plus que ça et puis hier, j'ai découvert une Grande Dame.
A l'heure où la télé se gargarise de pseudo réalité avec des loosers soit disant prisonniers de fermes, de lofts et autres chateaux, Florence a remis les pendules à l'heure sur ce qu'est la réalité.
Sans pathos, avec un humour desespéré presque cynique, elle a fait un grand pied de nez à ses ravisseurs, aux journalistes présents, avides de larmes ou de scoops, elle a dit ce qu'elle avait à dire, ni plus, ni moins.
Elle a dit le quotidien d'un otage : la peur, les coups, la faim, la soif, la maladie, le doute, l'espoir et surtout le ridicule obscène de la situation. J'espère que les ravisseurs auront pu la voir et surtout entendre ses déclarations ponctuées de ces petits éclats de rire qu'elle se faisait à elle même, un peu comme si elle pensait "il n'y a vraiment qu'à moi que ce genre de choses peut arriver".
A la fin de sa conférence, j'étais émue aux larmes, émue par ce visage fragile à la Sigourney Weaver, par ce regard clair, brillant d'intelligence, de lucidité et de réalisme, et par cet esprit, vif, drôle, ne perdant aucune situation de rappeler le ridicule du jeu dont elle a été victime bien malgré elle.
En quelques secondes, je me suis dit "j'adorerai l'avoir comme amie et ses parents doivent être sacrément fiers de l'avoir comme fille".
Florence n'est pas un numéro, c'est une femme libre.

2 commentaires:

Catherine a dit…

je regrette de ne pas avoir pu suivre cette conférence de presse, je bossais mais quand je l'ai vue à la TV je me suis faite les mêmes réflexions que toi, Myriam

Myriam a dit…

J'ai été très impressionnée par cette conférence de presse. pas une larme, pas un moment tragique. Elle a blagué avec des choses pas drôles comme si elle faisait un one man show, je crois que c'est ce qui l'a maintenue pendant tout ce temps la tête hors de l'eau.
Ce qui me met le plus hors de moi c'est la fausse polémique née autour de la médiatisation de son retour... Comme si c'était sa présence qui était de trop et trop obscène comparée aux perpetuelles larmes de crocodiles d'actrices et de vedettes diverses et variées qui occupent les écrans et les plateaux pour expliquer comme le dernier tournage d'un navet quelconque à la Barbade était dur parce que la clim de la chambre du palace était tombée en panne :(